IN EXCESS 2014

Charger les techniques IN-EXCESS:

>> Charger la technique – Min

>> Charger la technique – Loli

Un sex appeal audacieux, le luxe extrême et le glamour reviennent en FORCE!

Après plus de deux décennies de subtilité et de minimalisme, In-Excess, la nouvelle collection de tendances de Joico, annonce le retour à l’extravagance des années 1980.

Mais plutôt que de reproduire le passé, Damien Carney et Sue Pemberton, les Directeurs artistiques internationaux de Joico ont, comme plusieurs créateurs de mode l’ont fait pour leurs collections printemps 2014, réinventé les tendances les plus marquantes de la « décennie de l’excès » pour une nouvelle ère.

« L’objectif n’était pas de créer une rétrospective de tendances passées, mais plutôt de nous inspirer de la tendance « plus c’est mieux » de l’époque » a dit Carney. « C’est comme si personne se questionnait à savoir « est-ce exagéré? » Voilà l’attitude qui a dynamisé cette collection. »

Carney s’est inspiré des designs structurés et moulants des légendaires Thierry Mugler, Claude Montana et Azzedine Alaia pour produire une variété de techniques— dont l’utilisation de mèches plus longues pour créer une texture interne et externe — afin de façonner des coupes très adaptables qui sont à la fois douces et structurées.

« Les silhouettes permettent des options stylisantes illimitées au porteur » a-t’il expliqué. « Lorsque les cheveux sont portés droits, vous obtenez une forme prononcée et brillante. Et lorsqu’ils sont coiffés librement avec les mains, vous obtenez un résultat plus diffus et déconstruit. »

Côté style, les tendances rétro telles que les toupets gratte-ciel et la texture extrême ont aussi été métamorphosées, prouvant qu’il est possible de donner une deuxième vie à tout ce qui est vieux en faisant preuve d’ingéniosité.

Pour la couleur, Pemberton, toute fraîche de sa deuxième victoire NAHA, a trouvé l’inspiration dans les coiffures vives et audacieuses de la génération MTV — Cyndi Lauper, Madonna et Boy George, pour n’en nommer que quelques-uns.

« Le niveau d’intensité de couleur est le même, mais puisque les versions actualisées sont beaucoup plus raffinés que les originaux, les looks finis sont modernes et faciles à porter — et non pas le moindrement démodés ou exagérés » a dit Pemberton.

Pemberton a aussi utilisé une variété de techniques d’application de couleur pour reproduire les éclats de texture et de couleur audacieux des artistes Jean-Michel Basquiat et Frank Stella, reflétant la « complexité graphique et superposée » qu’on peut voir sur les passerelles printanières d’Ann Demeulemeester, d’Alexander McQueen, de Gucci et de Fendi.

« Le résultat est excessif sans être « excessif » explique Pemberton. « C’est excessif dans le bon sens du terme.”

http://fr.joicocanada.com/wp-content/themes/joico/images/ajax-loader.gif">